18 mar

Spig, un linograveur en médiathèque

Spig, un linograveur en médiathèque
S'il est avant tout un créateur, Stéphane Gétas alias Spig a tout autant de goût pour la transmission. Quel meilleur lieu que la médiathèque pour faire découvrir ce qui constitue sa passion et sa profession, la linogravure? Rencontre avec un "artiste-illustrateur" au style très personnel.

SPIG, comment vous présentez-vous? Illustrateur ? Linograveur ? …

Disons artiste-Illustrateur qui pratique la linogravure.

Vous peignez, vous réalisez des objets, mais la linogravure reste votre technique de prédilection. Quand intervient ce coup de foudre pour cette technique ?

Au collège, je gravais des gommes pour en faire des petits tampons. J'ai commencé à m'intéresser à la linogravure lorsque j'étais étudiant à l’École d'Art Émile Cohl à Lyon. C'est avec cette technique que j'ai présenté et obtenu mon diplôme de fin d'étude, puis un stage à l'URDLA (Centre internationale de l'estampe) me donna encore plus l'envie d'explorer la Gravure et ses innombrables ramifications.

En quoi la dimension artisanale vous attire dans la discipline de la linogravure ?

La linogravure m'a tout de suite attiré par son côté expérimental entre « recettes et bricolage » : le choix du papier, la préparation des encres, les réglages de la presse et le fait de créer des « multiples-uniques ».

Spig

Vous orientez-vous  néanmoins vers de nouvelles techniques ?

Je grave, je peins, mais j'aime expérimenter et il y a tellement de techniques  à explorer, à mixer. Par exemple  avec mes élèves nous travaillons entre autre le light painting : un vaste terrain d'expérimentation très prenant, entre calligraphie et chorégraphie, à l'opposé de la linogravure.

Quels usages faites-vous du numérique dans le cadre du travail ?

L'ordinateur me sert essentiellement à me documenter, mais aussi à adapter mes croquis, à y ajouter des éléments, insérer de la typographie, avant de les transférer sur la plaque de linoléum.

Spig, un linograveur en médiathèque

Si on revient un peu sur votre CV, on lit que vous êtes aussi enseignant. Et sur votre site, on a tout un making-of qui explique les différentes étapes de votre travail. Vous avez un vrai intérêt pour la transmission…

C'est avant tout par goût. C'est une passion que j'aime partager et faire découvrir, ainsi que le dessin en général.

Vous proposez régulièrement des ateliers de linogravure, en collège, lycée, mais aussi en médiathèque. C’est inattendu comme proposition… Quel est l’accueil des participants ?

Les ateliers sont toujours bien accueillis. Les élèves ou stagiaires, même si ils ne pratiquent que peu ou pas le dessin ou la peinture sont heureux de découvrir une technique qu'ils ne connaissent pas et qu'ils n'ont pas l'occasion de pratiquer.

Vous ressentez une différence entre un atelier de linogravure en médiathèque et à l’école ?

Que ce soit en école ou en médiathèque, les participants sont motivés et enthousiasmés par la découverte de leur tirage.

Il arrive que le travail des participants vous inspire, vous surprenne?

Je suis toujours étonné par les résultats, tous les participants s'approprient  très rapidement le médium, pressés de voir le résultat comme lorsque l'on développe une photo argentique.

Sur quels projets travaillez-vous actuellement ?

Toujours des ateliers de linogravure que je développe en proposant aux médiathèques, des expositions à venir à Bordeaux, je continue ma collaboration avec la ville de Cenon pour leur mascotte du numérique : Canell' et d'autres projets en cour de développement, des linogravures en grand format....

Spig, un linograveur en médiathèque

Canell', la mascotte de la Ville de Cenon.

Qu'allez-vous le plus spontanément rechercher en médiathèque ?

Je recherche de la nouveauté et de la découverte culturelle, il m'arrive d'aller voir des expositions, des spectacles et des concerts.

Pour finir, pouvez-vous imaginer pour nous la médiathèque idéale ?

Des livres d'art,  de la BD des romans graphiques, mais aussi des livres sur la science, la mécanique,  la faune, la flore, la géologie...  un grand cabinet de curiosités !

Images : Tous droits réservés, Spig.

Interview réalisée par Hélène Labussière le 26 février 2013